Rions un peu (de moi)

Fabb à FR3 - Fantome Animation 1982

Je ne sais pas qui ça peut passionner, mise à part ma propre mère (et encore, elle à pas le Net), mais pour ma part je trouve cette petite vidéo truculente.
Intrinsèquement, (je cause bien du français hein), elle ne présente aucun intérêt, sauf pour les quelques rares personnes qui reconnaitront peut-être ces bonnes vieilles stations Silicon Graphics dont je parle dans d’autres articles.
Mais outre ce détail technique, ce sont les conditions dans lesquelles elle a été tournée qui peut prêter à sourire :
Je vous plante le décor :
Je devais avoir une vingtaine d’années. Après avoir été à la tête d’une petite société d’image de synthèse (que les huissiers se sont chargés de liquider :-), erreur de jeunesse), voilà que la société Fantome Animation me recrute comme responsable système.
Une sacrée aubaine pour moi. À cette époque, Fantome Animation, c’était l’équivalent français de Pixar ou de Dreamworks de nos jours.
Évidemment, j’étais un peu frustré, parce que « responsable système », c’était précisément le genre de boulot qui me rebutait. Moi je voulais faire des images. Je voulais du fun.
Bref, le pourquoi et le comment de mes aventures à Fantome ferons l’objet d’un autre article. Ici je voulais juste parler de ce petit bout de vidéo.
Je reprends donc, et comme je disais, je vous plante le décor :
un vendredi soir, avant de quitter le boulot, j’entends les deux associés, patrons de Fantome, discuter un peu bruyamment dans leur bureau commun. On pouvait entendre par-ci par-là quelques phrases de leur discussion, et en gros ça donnait quelque chose comme ça : « mais si je te dis, demain matin ils se pointent ! …. mais non je peux pas être là, c’est samedi, j’ai promis à ma femme qu’on irait à Aqualand, t’as qu’à venir toi… bon, okay, alors si aucun de nous ne peut être là, y’a qu’à demander aux animateurs »
Entendant ça, lesdits animateurs se jettent sur le porte-manteau, filent vers les escaliers et balance un vague « bon week-end » rapide en dévalant les marches.
Je me retrouve donc seul, un des deux boss se pointe et me dis « ben alors, ils sont où tous ? meeeeerdeuuuu… bon, c’est pas grave, Fabien, je t’explique : demain, y’a France 3 qui envois une équipe de tournage ici, il veulent faire un sujet sur l’image de synthèse, et il faut absolument que tu les reçoive « ….

… heuuu….
Bon, et bien pas le choix, je suis le petit nouveau, je ne vais pas les envoyer bouler. Okay.
Le lendemain matin donc, l’équipe de France 3 se pointe. Déballage de matos. Test de synchro du balayage des écrans et de leur caméra. Un briefe de trois minutes sur ce qu’ils veulent, et me voilà plongé en plein cauchemar. Il faut dire que je suis plutôt du genre timide, et même s’ils ne me demandaient pas une performance Actors Studio, c’est en partie moi qu’ils allaient filmer ! arghhh….
Je pensais que la seule chose qui les intéressait, c’était les machines, le studio, et ce qu’on y produisait.
Chance inouïe, il faut croire que j’avais un sixième sens, j’avais mis ma plus belle chemise (la seule en fait). Et autre coup de bol, j’avais sous la main des éléments de démo expliquant le boulot d’animateur 3D.
Avec ça et ma chemise, je n’irais pas jusqu’à dire que j’étais à l’aise, mais disons que c’était jouable.
Et voilà. Clap de début, silence, on tourne :

Vous avez vu ? y’a des choses amusantes : les « pros » venaient de passer de la souris-à-boule à la souris optique. Mais pour faire marcher ces souris, il fallait un tapis spécial, réfléchissant et quadrillé qui devait couter plus cher que la souris elle-même 🙂
Et puis quand même, z’avez remarqué qu’en ces temps là on n’importait pas une image de fond dans le soft pour servir de blueprint, non, on scotchait un papier calque sur l’écran ! lol

 

©Fantome Animation/France 3 – images Ex-Machina

 

P.S: il n’empêche que vraiment, j’étais bigrement fière d’intégrer cette équipe. Une preuve :

 

 

 

 

 

 

 

F∆BB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *